Recollection du personnel au Centre Spirituel de Bonamoussadi le 03 Décembre 2022 Composition de fin trimestre 1 au Second cycle EST Du 28/11/2022 au 02/12/2022
Recollection du personnel au Centre Spirituel de Bonamoussadi le 03 Décembre 2022 Composition de fin trimestre 1 au Second cycle EST Du 28/11/2022 au 02/12/2022

Qui était St Jean-Baptiste De La SALLE

1651-1679 (un chemin qui semble tout tracé)

Jean-Baptiste De la Salle naît le 30 avril 1651, à Reims, dans une famille bourgeoise de la magistrature. Dès 11 ans, il se destine à la prêtrise bien qu’étant l’aîné et devient à 15 ans chanoine de la cathédrale de Reims. À 27 ans, il est ordonné prêtre à l’issue de longue étude de théologie et un passage au séminaire Saint-Sulpice de Paris (st-Sulpice nous pouvons le considérer comme le lieu de l’Agora spirituelle et intellectuel de cette époque-là en France).  Il est promis à une belle carrière ecclésiastique.

1679 -1691 (D’un engagement à un autre)

Pendant son ministère de prêtre, De la Salle rencontre en 1679 Adrien Nyel, venu à Reims pour y ouvrir des écoles gratuites de garçons. Jean-Baptiste de la Salle facilite la réussite de cette mission à laquelle il sera progressivement associé. Les maîtres des écoles gratuites le provoquent à une conversion à leur monde, celui des pauvres. C’est ainsi qu’il renonce à son canonicat (je vous disais dans la première articulation de cette présentation qu’il avait une fonction de chanoine à la cathédrale de Reims ; cette activité lui procure de revenu juteux), en 1683 et partage ses biens lors d’une grande famine l’année suivante. Comme les maîtres, il n’a plus un avenir assuré, d’où une incompréhension de sa famille. En 1686, il s’engage à vivre avec les maîtres.

1691 -1712 (consolidation et turbulences)

En 1691, l’institut est en crise, il s’engage avec deux frères par un vœu dit « héroïque » les engageant à établir la société des frères même « s’il faut mendier son pain et jusqu’au dernier vivant ». En 1694, Jean-Baptiste De La Salle et douze des principaux frères prononcent les premiers vœux perpétuels dans l’Institut. En 1703, De La Salle est destitué de sa charge de supérieur par l’Archevêque de Paris. L’année suivante les « maîtres écrivains » exigent la fermeture de ses écoles.

1712-1714 (la nuit du doute)

Suite aux procès organisés contre lui par les maîtres écrivains, de La Salle quitte Paris et visite ses communauté du sud de la France. Il ne comprend plus la volonté de Dieu et se retire dans un ermitage à Parménie près de Grenoble.

1714-1719 (la lumière au bout du chemin)

Les Frères écrivent à Jean-Baptiste De La Salle et lui « commandent », au nom de son « vœu d’obéissance à la société », de reprendre la direction de leur « société ». Dans le printemps 1714, Dieu fait à nouveau signer. En 1717, à saint Yon, près de Rouen, le frère Barthélemy est élu premier successeur de Jean-Baptiste De La Salle comme Supérieur Général de la Congrégation. Jean-Baptiste De La Salle meurt le 7 avril 1719. Ses derniers mots seront : « j’adore en toutes choses la conduite de Dieu à mon égard ».

L’institut est ainsi établi et véhicule désormais un esprit que nous qualifions de lasallien, qui aujourd’hui est la caractéristique de nos écoles et des personnes qui y gravitent au tour à travers le monde.

Parlant de cette présence dans le monde, on compte près de 3116 frères des écoles chrétiennes qui poursuivent l’œuvre de saint Jean-Baptiste De La Salle auprès d’un million d’élèves et d’étudiants. Présent dans près de 78 pays, ils consacrent leur vie à Dieu pour « répondre aux besoins d’une jeunesse pauvre et loin du salut », leurs engagements, portés en communauté, suivent les voies de l’enseignement, de l’alphabétisation, du soutien scolaire, de l’accompagnement et de la formation d’adulte, de la catéchèse et d’action de solidarité et de service. Les frères parcourent ces chemins avec de nombreux personnes laïcs associés ou engagés à une même œuvre humaine et chrétienne.

Aujourd’hui les Frères des écoles chrétiennes et leurs œuvres sont présents dans près de 78 pays à travers le monde avec une population lasallienne de 3116 frères, 90 000 éducateurs et enseignants, 1 066 395 élèves et étudiants, 1 125 œuvres éducatives ; tout ceci répartie dans 5 régions :

  • La RELEM, Région Lasallienne Europe Méditerranée
  • La PARC, Région Pacifique Asie
  • La RELAN, Région Lasallienne d’Amérique
  • La RELAL, Région Lasallienne d’Amérique Latine
  • La RELAF, Région Lasallienne d’Afrique

Cette dernière région qui est la nôtre compte 19 pays reparti dans quatre Districts et une délégation :

Le District d’Antananarivo (1), le District Congo Kinshasa (1), le District Afrique de l’ouest (7), le District Charles Lwanga (4), le District Afrique centrale (3) et la Délégation du Rwanda (1). Des 19 pays, deux appartiennent à d’autres régions hors Afrique, il s’agit notamment du Mozambique qui appartient au District du Brésil et de l’Égypte qui appartient au District du Proche Orient. Parlant du District d’Afrique centrale, nous sommes présents dans trois pays : le Tchad, la Guinée Equatoriale et le Cameroun.

La présence lasallienne au Cameroun, c’est Talba dans le Bam et Kim avec un collège, un centre agricole et dispensaire ; C’est Mbalmayo avec le Collège Mutien Marie et le Centre formation professionnel (précisons que cette œuvre est entièrement confiée aux jeunes volontaire lasallien issu pour la plus part de ce collège) ; C’est Bertoua avec l’école primaire et maternelle et un centre de formation professionnel ; c’est Lomié avec les centres d’éducation de base pour les pygmées ; c’est Douala avec le centre de formation professionnel, l’école supérieure et le collège de la Salle.

Ainsi la maison De La Salle est un vaste domaine qui transcende les pays et les continents promouvant l’éducation et défendant le droit de tous les enfants et les jeunes à y accéder. Aussi cette « maison La Salle » Forme un vaste réseau dont le seul moyen de le maintenir en actualité, c’est de conserver la dynamique inspiratrice de son fondateur. Et là, on parlera de l’esprit lasallien qui devrait caractériser toute personne travaillant dans ce milieu.